lundi 12 avril 2021

Floating Points - Promises (Luaka Bop)

 Floating Points - Promises (Luaka Bop)

Avant d'être un opus bouleversant, hypnotique et captivant, Promises est une affiche au sommet des plus prestigieuses, un disque qui réunit deux pointures absolues de la musique, dont un monstre sacré, une véritable légende vivante. 

Le musicien mancunien Sam Shepherd alias Floating Points, acteur emblématique d'une scène électronique anglaise expérimentale et inventive, a en effet convié le saxophoniste octogénaire Pharoah Sanders, figure tutélaire du Black Arts Movement et pilier incontournable du jazz, qu'Ornette Coleman lui-même décrivait comme étant "probablement le meilleur joueur de saxophone ténor du monde".

Ayant étudié le piano à la School of Music de Chetham et obtenu un doctorat en neuroscience et en épigénétique à l'University College de Londres, l'artiste surdoué nous laisse, ici, brillamment entrevoir ses influences majeures; les univers de Claude Debussy, Olivier Messiaen et Bill Evans se révèlent alors à travers une œuvre magistrale et immersive, où s'illustre également le célèbre London Symphony Orchestra, qui a su, en une seule prise, enregistrer des arrangements de cordes envoutants. La captation a eu lieu au mythique studio AIR de George Martin, à l’été 2020. 

Imaginée en 9 mouvements, cette suite repose sur un subtil équilibre entre composition et improvisation; une seule piste de 46 minutes où musique classique, jazz et electronica s'entremêlent et interagissent avec douceur et sensualité. La collaboration de l'américain Sanders (qui a brillé auprès de Sun Ra, John Coltrane, Leon Thomas, Don Cherry, Alice Coltrane ou encore David Murray...) et de Floating Points (The XX...) sonne comme une évidence, elle frappe par son élégance, sa tendresse et son éloquence. 

Habitué à faire rugir son instrument dans des répertoires marqués par le free jazz et l'ethno-jazz, Pharoah s'exprime dans Promises avec une retenue inhabituelle, comme s'il était apaisé et que ses émotions n'avaient plus besoin d'être déclamées haut et fort. Des interventions mesurées et poétiques qui semblent échapper aux contraintes du temps et de l'espace.

Pour Sam Shepherd, le silence est d'or. La beauté de ce bien singulier projet naît de ses motifs répétitifs enivrants, qui ne cessent de catalyser notre attention. Ces derniers flottent en boucle sur des nébuleuses de cordes lancinantes, où vibrent et gravitent avec intensité et délicatesse des accords d'orgue obsédants et des notes de claviers émouvantes. 

Fascinant!



dimanche 4 avril 2021

João Selva - Navegar (Underdog Records)

 João Selva - Navegar (Underdog Records)


Le musicien carioca Joâo Selva nous présente via Underdog Records son second opus baptisé Navegar. Installé à Lyon depuis une dizaine d’années, ce natif d'Ipanema livre un album gorgé de sonorités pop aux colorations tropicalistes, un recueil de 8 titres ensoleillés animés par un groove fédérateur, sensuel et dansant. Parcouru de lignes de basse assassines, de cocottes aux effets wah wah et d'accords de rhodes hypnotiques aux saveurs vintage, Navegar semble surgir du Rio des années 70, époque où la MPB était largement empreinte de black music nord-américaine et où triomphait l’incontournable Tim Maia, considéré comme le père de la soul brésilienne.

Au delà des ambiances funk (“Devagar”) et hip-hop (“Cadê Você”) héritées du Barry White brésiliencréolité et rythmes traditionnels afro-brésiliens sont également mis à l’honneur ici. Ils s'expriment ça et là, au détour de compositions largement métissées. “Navegar”, le single de l’album au titre éponyme en est d’ailleurs un bel exemple, lui qui revisite avec brio l'afoxé, ce folklore nordestin emblématique de Bahia.

Rien d'étonnant de voir qu’aux manettes de ce petit objet musical aux vibrations latines positives et festives, œuvre l'alchimiste français Patchworks, producteur pouvant se targuer de remplir un CV assez impressionnant (Da Break, Kumbia Boruka, John Milk...). 

On notera aussi la présence de la pétillante Flavia Coelho dans le très old schoolMeu Mano”, tube en puissance à la chaleur cuivrée qui nous fait songer à Sandra de Sá, du temps sa meilleure période au début des années 80...