mardi 17 avril 2018

Blue Lab Beats - Xover

Blue Lab Beats - Xover

Grosse claque et immense coup de cœur pour ce premier album du tout jeune duo londonien Blue Lab Beats! Le producteur NK-OK et le musicien Mr DM nous livrent en effet un petit bijou soulful raffiné et accrocheur, façonné avec brio et élégance dans un substrat jazzy habité de beats hip-hop finement ciselés ("Blue Skies").
Loin d'être inconnus au bataillon, nos deux larrons se sont déjà illustrés dans une quantité de projets hip-hop, R&B et modern soul, tous plus frais et excitants les uns que les autres (The Age Of Luna, Ruby Francis, Louis VI.). Ils ont su également imposer une signature sonore crue mais sophistiquée devenue reconnaissable entre mille, s'affichant dans des remixes d'une grande efficacité pour des pop-stars britanniques de renommée internationale, telles que Dua Lipa, Emelie Sande, Laura Mvula ou encore Rag'n'Bone Man.
Influencé par des piliers de l'écurie Stone Throw Records tels que l'immense Madlib, le jeune Knxwledge et bien sûr la légende J Dilla (RIP), comme par l'emblématique crew new-yorkais Tribe Call Quest, Blue Lab Beats a également intégré et digéré l'héritage des monstres sacrés du jazz, notamment Herbie Hancock, Thelonious Monk, Milt Jackson, Ahmad Jamal ou encore Oscar Peterson, pour ne citer qu'eux.
Avec équilibre et goût, le tandem élabore son subtile Xover grâce à un savoureux mélange de sonorités analogiques et électroniques, guidé par la profondeur harmonique et la sophistication d'un jazz métisse, bardé de réminiscences cosmic jazz ("Xover") et latin jazz ("Pina Colada"), d'accents G-Funk ("Outro"), néo soul ("Sam Cook & Marvin Gaye" ou "Say Yes") et grime ("Run Away").
Blue Lab Beats y convie un casting d'artistes prodigieux et prometteurs, tous issus de l'effervescente scène londonienne. Ensemble ils participent à un ouvrage qui fera sans aucun doute date dans les annales du milieu hip-hop made in UK. Y brillent le batteur virtuose Moses Boyd, aux côtés du collectif Nérija sur le très caribéen "Pineapple" (une des perles du disque), tout comme OthaSoul, qui dépose son flow sensuel dans un "Dome" aux saveurs west coast. A retenir également le chant suave et gorgé de soul de James Vickery sur le tendre "My Dream", ou le sax étincelant de Kaidi Akinnibi dans le groovy "Oooo Lala"...
Un belle surprise, découverte par un heureux accident sur le net...

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire