dimanche 5 avril 2015

Château Marmont - Sound Of Shambala (Sony Music)

Château Marmont - Sound Of Shambala (Sony Music)

Le tandem Château Marmont publie chez Sony Music l’excellent Sound Of Shambala. Ce second disque franchement orienté dancefloor est un pur bijou pop taillé dans la french touch des 90’s, serti d’éclats deep house et incrusté de paillettes soulfull. Les deux barbus prêtent une attention toute particulière à l’écriture de leurs mélodies, mélancoliques mais profondément séduisantes et attirantes d’où jaillit une sensualité délicate.
En 11 titres sans une seule fausse note, Château Marmont nous fait revivre ce qui s’est fait de mieux ces 15 dernières années sur la scène électronique française, nous rappelant à quel point la pop a transformé ses reliefs, brisant des tabous et proposant de nouvelles perspectives.
La house sucrée et estivale de Sound Of Shambala s’immisce insidieusement dans nos esprits, apaisés par l’arrivée du printemps, dès son ouverture avec Nothing To Hold Back interprétée par la délicieuse Steffaloo.
Bent Van Loo nous accompagne ensuite, à la manière d’un Chet Faker, dans un Don’t Cry déchirant et vibrant, tandis que la voix vocodée du titre City Of Giants nous rappelle celle des Daft Punk dans Game Of Love, une influence des maîtres casqués de la french touch que l’on retrouve plus loin avec l'énergique Everybody is somebody.
Le R&B futuriste de  A.T.T.Y.S. (avec les Twinsmatic en guests) rejoint les prouesses instrumentales d’un Flume jusqu’à ce qu’In Love viennent annoncer un changement de tempo. En effet Music Is My Land,  avec ses accents jazzy et son breakbeat entêtant, nous invite à quitter calmement le coin lounge pour rejoindre le dancefloor, le chanteur Rouge Mary (qui s’est notamment  illustré aux côtés de Bob Sinclar et Hercules & Love Affair) nous y accompagne avec sa voix gorgée de soul et de gospel.
Puis vient enfin le clou de l’album, même si tous les invités y ont une présence forte et remarquable, celle d’Alex Gopher revêt une dimension bien particulier. Quasiment disparu des écrans radars ce véritable héros de l’electro française réapparaît dans l’enivrant Paris La Nuit et ses nappes de synthés technoïdes étourdissantes, nous transportant vers cet ailleurs hindo-bouddhiste nommé Shambala ou « lieu du bonheur paisible ».

En parlant de leur disque, Château Marmont a déclaré:
« L'idée de départ de ce disque était de faire une musique moderne et actuelle avec des outils vintage. Recréer avec des instruments électroniques des années 70 ou 80, ce type de musique qui habituellement se fait sur un ordinateur dans un home studio. La moitié de ce disque repose sur des collaborations avec des producteurs, arrangeurs, musiciens, chanteur/chanteuses. C'est quelque chose qu'on voulait faire depuis longtemps, explorer de nouveaux horizons et surtout partager l'univers musical des autres. De manière générale, On voulait faire les choses de manière plus fraîche et moins cérébrale que l'album précédent. »






Aucun commentaire:

Publier un commentaire