vendredi 6 septembre 2013

Sashird Lao - Open The Box (Le Chant Du Monde/Harmonia Mundi)


Sashird Lao - Open The Box (Le Chant Du Monde/Harmonia Mundi)

L'étonnante formation ancrée sur la côte d'azur sort son troisième opus intitulé Open The Box. Véritable coffre au trésor, l'album déborde d'énergie funky alimentée par du body drumming, des percussions vocales, quelques loops, un chant puissant et une section cuivre boostée aux rythmes world, hip-hop et R&B.

 

Sashird Lao est une entité complexe faite de jazz, de musiques du monde, de chanson et de sonorités urbaines. À l'origine il y avait trois cuivres, puis les voix, les percussions et quelques machines ont fait leur apparition. Yona Yacoub, qui incarne l'âme féminine du trio s'impose comme une chanteuse soliste aux multiples facettes. Son goût pour le R&B donnent à sa voix une tonalité chaude et groovy, quelques envolées lyriques portées par ses racines orientales enivrent furieusement au détour d'une ritournelle soufflée au sax ou d'un coup de balai passé sur sa caisse claire. Fred Luzignant est quant à lui le Mr Trombone de la formation, professeur de musique il aime autant partager sa passion avec ses élèves qu'avec les musiciens qu'il a accompagné et rencontré sur la route du jazz. Il mène avec Yona quelques aventures dont Yona Y. Lee, projet electro-R&B, puis s'engage dans Sashird Lao au côté d'un troisième larron, le saxophoniste-flutiste-bassiste vocal, David Amar. Ce denier est tombé tout jeune dans la marmite du Be-bop, autodidacte il quitte ses études de droit et se consacre à la musique qu'il enseigne et joue an passant allègrement du jazz (qu'il chante) au funk, ou du reggae au R&B. Logiquement embarqué dans la caravane de Sashird Lao, il poursuit avec ses deux comparses depuis 2004 une quête musicale unique sous l'influence de Bobby Mc Ferrin et de ses expérimentations vocales extrêmes. Sans à priori et sans complexe, ce groupe de multi instrumentistes s'amuse à manipuler, décomposer, découper, ressouder les genres musicaux au gré de leurs expériences, de leurs voyages et de leurs envies. Le swing est bien sûr le ciment du projet, la base de toutes les rencontres, il y est jouissif et communicatif. Dans les deux premiers disques, les reprises inattendues de quelques standards (de Rollins, Mingus, Ellington ou même Louis Prima) côtoyaient des compositions originales parfois décalées et pleines d'humour du "seul trio instrumental de jazz vocal au monde". Les grooves urbains, qui ont bercé nos trois jeunes aventuriers sont également de la partie dans une surprenante alchimie alliant orientalisme et soul/funk et ce dernier disque en est la preuve...Faisant suite aux albums plus jazzy Watsdis sorti en 2005 et 3 Secrets paru en 2008, Open The Box se veut plus ouvert sur le monde : le français que l'on entendait chanté sur les très bons titres "Tout en Dodelinant" ou "Pas le Temps" laisse définitivement place à l'anglais, plus universel, avec les excellents  "Baby'Lone" ou encore "Burnin Soul", à l'Indi Lao (dialecte  hybride imaginaire) sur "Kalimandji So" et à l'égyptien dans "Badawar". Ouverture et danse, sont sans doute deux notions qui définissent bien la direction musicale que semble emprunter Sashird Lao nous incitant davantage à se dandiner, à se balancer en rythme sur un swing métisse à géométrie variable. Cette fameuse boîte est désormais entrouverte, il ne vous reste plus qu'à explorer les richesses qu'elle renferme...Bonne écoute à tous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire