vendredi 10 avril 2015

Cassandra Wilson - Coming Forth By Day (Legacy)


Cassandra Wilson - Coming Forth By Day

La diva imprévisible Cassandra Wilson publie chez Legacy, à l’occasion du centenaire de la naissance de l’icône du jazz vocal Billie Holiday, un recueil d’interprétations très personnelles de ses chansons les plus emblématiques. Coming Forth By Day rassemble en effet 12 reprises parmi lesquelles figurent les immenses Don’t Explain, All Of Me et Strange Fruit.

L’exercice n’a rien d’original, mais c’est la manière avec laquelle la chanteuse native de Jackson dans le Mississippi a approché l’œuvre de Lady Day qui fait de ce projet anticonformiste un disque remarquable, bien éloigné du pathos mimétique auquel d’autres nous ont habitués. Sa voix de contralto, son timbre profond et rauque apporte une dimension toute particulière à cette célébration audacieuse. Réactualisant des textes forts, elle laisse son égo de côté pour revenir à la source-même de leur inspiration.

Cassandra sort des sentiers balisés du jazz pur et nous emmène dans un hommage qui n’est pas un vulgaire plagiat ne voulant séduire que notre ouïe. Les standards deviennent méconnaissables, ils s’épaississent et s’emplissent d’obscurité, de mélancolie, notamment grâce à l’empreinte impétueuse et vibrante du producteur anglais Nick Launey (Nick Cave, Arcade Fire, Yeah Yeah Yeahs, …), aux textures psyché-rock des Bad Seeds (musiciens de Nick Cave), aux sonorités blues du guitariste/producteur T Bone Burnett (Diana Kall, Elton John, Bob Dylan…) et aux arrangements subtils pour cordes de Van Dicke Parks (U2, Ry Cooder…).

Avec ses ballades aux ambiances romantiques, orchestrales, tragiques, intimistes, nostalgiques ou parfois même angoissantes Coming Forth By Day, nous fait (re)découvrir presque 60 ans après sa disparition le répertoire de la sulfureuse dame au camélia, tantôt paré de nuances folk psychédéliques ou blues sensuelles, tantôt d’éclats pop symphoniques ou jazz cinématiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire