jeudi 10 mars 2016

Manu Delago - The Hidden Gobelins EP (Tru Thoughts)

Manu Delago - The Hidden Gobelins EP (Tru Thoughts)


Ayant fait ses classes à l'Université Mozarteum d'Innsbruck, le percussionniste autrichien Manu Delago s'initie au jazz à Londres et se passionne pour le hang, instrument acoustique suisse dérivé du steel drum. S'en suit une multitude de projets cross-over et de collaborations prestigieuses dans des styles musicaux variés allant de la musique électronique de Bjork au jazz de Bugge Wesseltoft ou à la musique classique du London Symphony Orchestra, en passant par la néo-soul de Joss Stone.

En 2015, le producteur et compositeur publiait chez Tru Thoughts son nouvel opus Silver Kobalt. Après une tournée de près de 70 dates, il apparaîtra courant Avril dans le dernier album d'Anoushka Shankar intitulé Land Of Gold et prépare déjà une version unplugged de son dernier opus pour une série de concerts prévus en Mai.

Tournant autour des sonorités intimistes de son instrument aux résonnances métalliques délicates, Silver Kobalt est largement traversé d'autres éléments acoustiques (basson, piano et percussions) que Manu renforce par une production soignée faite de rythmiques et de textures électro nappées de couches de synthés.

Il bâtit ainsi un univers sonore hybride et expérimental des plus séduisants à l'image du titre ouvrant ce dernier EP baptisé The Hidden Gobelins. "Grey Hair Man" et sa dominante pop nous présente la chanteuse Rahel, sa voix cristalline et parfaitement maîtrisée nous hypnotise littéralement alors que l'instru aux accents organiques se déploie dans une ambiance down tempo qui s'accélère progressivement jusqu'à nous offrir un beat plus soutenu (à rapprocher des travaux de Bonobo).

La version remixée par l'allemenad Pitto de "Chemical Reaction", où apparaît encore la divine Rahel, poursuit notre lente incursion sur le dancefloor avec un rework orienté minimal techno plus smooth et cosmique que l'original, à la production plus tranchante et breakbeat.

Dans "Torsh Track" le hang est mis en avant et joue le chef d'orchestre lorsqu'il est rejoint au bout de 3 minutes par un carillon, un piano et des cordes dans une symphonie caverneuse vibrante. On y retrouve l'atmosphère lancinante des plus beaux morceaux de Cinematic Orchestra, auprès de qui il s'est d'ailleurs illustré. Pour l'anecdote, ce titre figurait en introduction du live de Silver Cobalt, où toute scène éteinte les musiciens tenaient un flambeau, faisant ainsi référence aux mineurs chercheurs d'argent qui, les mauvais jours, ramenaient un minerai y ressemblant nommé Cobalt.

Le Dj anglais Mount Bank alias Samuel Organ nous livre quant à lui sa vision de Dearest, où l'on retrouve en guest une autre chanteuse au timbre touchant, l'australienne Katie Noonan. Ici sa voix n'est plus qu'un écho lointain, chargée de réverbération elle semble se dissoudre dans un épais brouillard électronique.

Pour finir, Manu Delgado arme sa percussion mélodique de beats cogneurs et trashy, surjouant ainsi sa bipolarité… Il intègre même en clôture un accordéon faisant passer "Almost Thirty" pour la berceuse de grand-mère.

Si vous n'aviez pas encore acheté le disque, The Hidden Gobelins EP vous aidera surement à passer à la caisse!

 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire