lundi 26 septembre 2016

Naïssam Jalal & Rhythms Of Resistance - Almot Wala Almazala (Les Couleurs du Son/RFI Talents & Métisse Music/L'Autre Distribution)

Naïssam Jalal & Rhythms Of Resistance - Almot Wala Almazala (Les Couleurs du Son/RFI Talents & Métisse Music/L'Autre Distribution)

Je découvrais le jeu de l'envoutante Naïssam Jalal, flutiste parisienne engagée d'origine syrienne, dans son précédent Osloob Hayati paru en 2015. De nouveau entourée de son quintet groovy Rhythms Of Resistance formé par Mehdi Chaïb aux saxophones et percussions, Karsten Hochapfel à la guitare et au violoncelle, Matyas Szandai à la contrebasse puis Arnaud Dolmen et Francesco Pastacaldi à la batterie, elle publie une nouvelle oeuvre baptisée Almot Wala Almazala. "La mort plutôt que l'humiliation" est le cri de ralliement scandé en 2011 lors des révoltes du Printemps Arabe par le peuple syrien assommé par le régime autoritaire, il résonne bien sûr de façon particulière avec les violences qui troublent le pays depuis lors et la crise diplomatique qui anime les débats entre Russie d'un côté et "monde libre" de l'autre...

Les 9 titres de l'album rendent hommage au courage d'une population meurtrie, prise en étau entre deux forces obscures: la dictature d'un président vissé à son trône et le joug d'un prétendu état, engendré par un groupe de terroristes incultes. La jeune résistante oppose à l'horreur la beauté profonde de ses compositions, faites d'influences diverses piochant autant dans les répertoires traditionnels arabes, qu'elle a apprivoisé à Damas, au Liban et en Egypte, que dans le jazz, avec un penchant manifeste pour l'éthiogroove si chers à Mr Astatké.

Enivrant, hypnotique, grave, sombre et radieux à la fois, Almot Wala Almazala est une ode à la liberté d'expression et de pensée gorgée de sensibilité et menée avec force et créativité. Cette liberté est celle qui inspire l'improvisation du jazzman mais aussi celle qui guide l'interprétation des maqamat (ces différents modes que l'on retrouve dans la musique orientale). Ainsi l'univers musical intimiste de Naïssam Jalal se dévoile entre Orient et Occident, entre jazz et musique classique orientale.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire