dimanche 6 décembre 2015

Alain Chamfort - Versions Revisitées (Le Label/Pias)

Alain Chamfort - Versions Revisitées (Le Label/Pias)

L'ex "chanteur à minettes" repéré et lancé par Claude François au début des 70's, débutait sa carrière musicale quelques années plus tôt derrière un piano, interprétant des standards de jazz. Avec les Murators il fît une incursion dans le répertoire des Beattles, avant de rejoindre un temps Jacques Dutronc puis Dick Rivers. Le succès n'était pas franchement au rendez-vous mais la rencontre avec Cloclo lui permettra de connaître une certaine renommée commerciale. En 1977, le beau gosse confie l'écriture de ses textes à Gainsbourg et décide d'enregistrer à Los Angeles. Teintée de nouveau-romantisme et de disco mélancolique, sa musique glisse dans les 80's vers la new wave, elle arbore alors avec élégance des sonorités électroniques et des mélodies pop édulcorées. Cette période restera celle de ses plus grands tubes ainsi que celle de ses musiques de film pour Mocky et Sélignac. Moins présent mais toujours actif dans les années 90 et 00, il apparaît à la télé et au cinéma tout en publiant quelques albums, dont l'hommage au couturier Yves Saint Laurent en 2010 baptisé Une Vie Saint Laurent.

Ses 50 ans de carrière se devaient d'être saluées, le Dj, réalisateur et photographe Marco Dos Santos mît alors sur pied le projet Alain Chamfort Versions Revisitées. Le directeur artistique - qui officia dans les clubs Paris Paris et Social Club - nous présente 12 remixes décapants et surprenants, servis par l'élite de la scène électro underground hexagonale. Scratch Massive, Ivan Smagghe, Jackson and His Computer Band, Chloé et Jennifer Cardini parmi d'autres ont pris soin de se réapproprier et de retravailler le meilleur de l'éternel dandy de la chanson française. Ses tubes intitulés Manureva, Bambou, Traces de toi ou La Fièvre dans le Sang font peau neuve, bardés de leurs nouveaux atouts ils prouvent que le temps n'a que peu d'emprise sur la sensualité et le répertoire d'un chanteur svelte à la beauté intemporelle.

L'allemand Superpitcher, de l'écurie Kompakt, a choisi de nous offrir le classique Géant dans une vision légèrement plus groove et chaloupée que la version originale, il a su capter et amplifier sa douceur mélancolique, son érotisme pudique et magnétique. Pilooski & Jayvich ont repris Bambou, titre éminemment "gainsbourgien", en donnant un sérieux coup de syncope à l'instru déjà funky ils ont invité l'ex de Lio en personne à venir réciter d'une voix calme et posée, grave et sexy, les mots écrits jadis par un Serge Gainsbourg amoureux !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire