Affichage des articles triés par pertinence pour la requête Fidel Fourneyron. Trier par date Afficher tous les articles
Affichage des articles triés par pertinence pour la requête Fidel Fourneyron. Trier par date Afficher tous les articles

mercredi 28 octobre 2015

Fidel Fourneyron - High Fidelity (Umlaut Records)


Fidel Fourneyron - High Fidelity (Umlaut Records)

Le trombone a toujours été un instrument fascinant, de par son allure et sa mécanique, mais rarement mis en premier plan. On garde cependant en mémoire quelques noms illustres comme le jazzman J J Jonhson, l’immortel Fred Wesley des JB’s, plus récemment le suédois Nils Landgren ou le tout jeune Trombone Shorty, natif de la Nouvelle Orléans.

Fidel Fourneyron, originaire d’Albi dans le sud ouest de la France, nous présente son premier opus solo intitulé High Fidelity. Bien loin des sentiers battus par ses aînés, le tromboniste virtuose invite son auditoire à partager l’intimité qui le lie à son instrument, duquel il parvient à extirper des sonorités inédites et surprenantes. Passionné par les grands orchestres de swing et amateur de rumba cubaine, c’est véritablement dans les milieux du jazz moderne, de la musique improvisée et contemporaine qu’il se fait remarquer. High Fidelity n’a d’ailleurs rien à voir avec un disque de jazz au sens classique, c’est une suite de 9 titres pour trombone seul, où bruits, souffles, grincements, grognements, cris, murmures, monologues et répétitions entêtantes se succèdent, se chevauchent et se causent, laissant parfois échapper quelques phrasés familiers.

vendredi 28 septembre 2018

Samy Thiébault - Caribbean Stories (Gaya Music/L'Autre Distribution)

Samy Thiébault - Caribbean Stories (Gaya Music/L'Autre Distribution)

Que la musique est belle lorsqu'elle se nourrit librement de l'histoire des peuples, heureuse ou malheureuse, faisant un pied de nez aux partisans du repli identitaire et de l’immobilisme. Le saxophoniste et flûtiste Samy Thiébault évoque dans son dernier opus Caribbean Stories ces interférences miraculeuses qui se sont concentrées aux Caraïbes, participant bien plus tard à l'invention du jazz. Pour son voyage initiatique, l'artiste basé à Paris s'est entouré d'un casting de haut vol. S'y côtoient en effet le tromboniste Fidel Fourneyron, les guitaristes Hugo Lippi et Ralph Lavital, le contrebassiste Felipe Cabrera, le batteur Arnaud Dolmen et le percussionniste Inor Sotolongo, des musiciens aventuriers qui embrassent à pleine bouche le thème de la créolité. Ensemble ils nous livrent 11 titres cuivrés des plus captivants, où se mêlent harmonieusement expressions jazz, inspirations afro latines et impressions carribéennes...


mardi 23 mai 2017

Un Poco Loco - Feelin' Pretty (Umlaut Records)

Un Poco Loco - Feelin' Pretty (Umlaut Records)

Non, Un Poco Loco n'est pas un ensemble latino interprétant les hits salsa de l'âge d'or de Fania Records...
Il s'agit d'un projet pensé et mené par trois jeunes loups de la scène jazz hexagonale, se réappropriant et détournant à leur compte les standards incontournables des années 60. Réunis autour du tromboniste Fidel Fourneyron, qui nous présentait il y a peu son premier opus High Fidelity, le saxophoniste et clarinettiste Geoffroy Gesser, accompagné du contrebassiste et compositeur Sébastien Beliah, publiaient le 21 Avril dernier leur second effort intitulé Feelin' Pretty, Une relecture très personnelle et inattendue des thèmes inoubliables que Léonard Bernstein écrivait à la fin des années 50, pour l'emblématique comédie musicale West Side Story. Mêlant reprises et compositions originales, le trio s'amuse à faire danser ses instruments autour de ces mélodies inoubliables. Même sans batterie, Un Poco Loco parvient à garder en haleine un auditoire interpelé par son swing raffiné et fantasque. Avec l'improvisation comme credo et les notes de Bernstein comme point de départ, la formation accouche d'un Feelin' Pretty détonnant, tranchant et piquant... Loco et pas qu'un peu!

mercredi 7 décembre 2016

Eve Risser - Les Deux Versants se Regardent (Clean Feed/Orkhêstra)

Eve Risser - Les Deux Versants se Regardent (Clean Feed/Orkhêstra)

La jeune pianiste basée à Paris Eve Risser nous présente son dernier projet intitulé Les Deux Versants se Regardent. Entourée de son White Desert Orchestra elle y évoque, en 9 compositions sophistiquées, sa fascination pour les grands espaces du sud-ouest américain, ces territoires sauvages où splendeur des lumières et puissance des paysages nourrissent abondamment l'imaginaire.

Influencée par les sonorités de la scène scandinave et des pays nordiques, Eve s'imprègne aussi de la fougue improvisatrice free jazz et du bouillonnement heavy metal. Rassemblant 10 musiciens parmi les plus en vue du jazz européen, elle élabore un univers musical sophistiqué et mystérieux, une bande-son pour un film imaginaire habité d'expérimentations sonores organiques, de moments suspendus, de temps forts incisifs et rythmés que l'imposante section cuivre anime entre chaud et froid, dans des passages flirtant parfois avec la musique concrète.

Se nourrissant des 5 années passées au sein de l'ONJ sous la direction de Daniel Yvinec, elle s'autorise toutes les libertés d'orchestrations et de formes, accouchant d'un disque peu orthodoxe, avec s'ouvre avec un titre éponyme contemplatif de 20 minutes, suivi d'un "Tent Rocks" jubilatoire de 11 minutes. Plus loin, "Fumeroles" s'étend tel un nuage de vapeur hanté par des silences, le grondement boisé du basson, quelques bruits du batteur/percussionniste Sylvain Darrifourcq et quelques accords du guitariste Sylvain Desprez. Ailleurs, "Eclats" et "Jaspe", bien que basés sur l'observation de pierres précieuses, font echo aux reliefs tranchants, abruptes et inquiétants de la région des Canyons, le tromboniste Fidel Fourneyron, la flûtiste Sylvaine Hélary, les saxophonistes Antonin-Tri Huong et Benjamin Dousteyssier, la bassoniste Sophie Bernado et le trompettiste Eivind Lonning nous y livrent en effet des saccades désarticulées, émergeant des tréfonds de leurs instruments respectifs.

On n'oublie pas Fanny Lafargues et la rondeur de sa basse électrique qui traverse discrètement cette oeuvre étrange et osée, où musique improvisée croise le fer avec le jazz de Miles et Carla Bley, le classico-contemporain de Reich et le post-rock islandais de Sigur Ros... A seulement 24 ans, Eve signe une disque marquant et expérimental, une pierre de plus dans son catalogue déjà bien fourni.