lundi 14 décembre 2015

Kandia Kouyaté – Renascence (Syllart Records/Sterns Music)


Kandia Kouyaté – Renascence (Syllart Records/Sterns Music)

La ngara malienne Kandia Kouyaté, grande jelimusolu (griotte) et joueuse de kora émérite, nous présente son nouveau projet intitulé Renascence. Originaire de Kita dans le sud-ouest du Mali, la chanteuse contralto baigne dans la culture mandingue depuis son plus jeune âge. Très tôt, la musique s'impose comme une vocation héréditaire ainsi qu'un moyen non négligeable de subsistance pour elle et sa famille.

Débutant alors sa carrière à Bamako où elle joue dans les cérémonies traditionnelles, sa beauté rayonne et la tessiture de sa voix grave impressionne. Kandia apprend l'art du Jeli et devient rapidement une cantatrice appréciée et adulée des puissants qui l'invitent à se produire aux 4 coins du pays, lors de récitals publics ou privés. Peu encline à enregistrer des disques et jusque là diffusée uniquement sur cassettes, il faudra attendre 1999 et Kita Kan pour apprécier enfin sa voix gravée sur support cd accompagnée, en plus des instruments traditionnels, d'un orchestre à cordes, de guitares électriques et de cuivres. En 2002 paraît son second Biriko, suivi de ses participations au projet commun Mandekalou : The Art And Soul of The Mandé Griots, dirigé par son producteur, le sénégalais Ibrahima Sylla (Ismaël Lô, Salif Keita, Africando…).
Une attaque cérébrale éloigne un temps Kandia dite La Dangereuse (car elle donnait le vertige à ses auditeurs) de la scène mais grâce au fondateur de Syllart Records (disparu en 2013 des suites d'une maladie), la diva retourne en studio pour nous offrir une poignante Renaissance, sa voix y est plus sombre, profonde et vibrante qu'auparavant mais toujours entourée des incontournables koras, ngonis et balafons, des guitares acoustiques et électriques (Djeli Moussa Kouyaté), des djembés et autres calebasses. La guinéenne Hadja Kouyaté assure les chœurs avec Manian Demba et Nanakoul Kouyaté donnant aux chansons une dimension aérienne (Sadjougoulé), François Bréant qui remplace Ibrahima au côté de sa fille Binetou Sylla à la production et aux arrangements, s'occupe quant à lui des claviers. Dans ses 10 titres somptueux qui marquent le come back d'une survivante, Kandia loue la cohésion et la fraternité prônée par sa lignée Kouyaté (Koala Boumba), chante la joie et l'indépendance de son Mali (Mali Ba), rend hommage à ses mécènes (Mongoya Douman, Dakolo) à sa tante (Konoba Doundo) et aux guerriers Peuls (Tié Faring)…

Bref, Renascence est une célébration de la vie et de la famille, un ouvrage dédié à ces traditions séculaires que Kandia, gardienne du temple, entretient et dispense.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire