lundi 19 janvier 2015

Mark Ronson – Uptown Special (Columbia/Sony Music)


Mark Ronson – Uptown Special (Columbia/Sony Music)

En ce début d’année plutôt troublée (on évitera de s’étendre sur le sujet !), voici un remède efficace contre les maux de tête et les crises d’angoisse, l’album Uptown Special… En effet le beatmaker anglais Mark Ronson, guitariste, chanteur et Dj, qui s’est illustré aux côtés de Robbie Williams, Adele, Amy Winehouse (RIP), Maroon 5, Duran Duran ou encore Nate Dogg (RIP), nous propose son 4° disque aux influences disco, funk, jazz-rock, soul, britpop, hip-hop et R&B.

Largement inspiré et influencé par son mentor, son « number 1 hero » comme il dit, Stevie Wonder présent à l’harmonica dans l’intro et l’outro, Ronson s’est entouré de véritables pointures, toutes inattendues comme à son habitude.

Il a judicieusement fait appel au chanteur australien Kevin Parker de Tame Impala qui inonde de sa voix douce et de son aura psyche pop 3 titres somptueux, convoquant avec une certaine nostalgie les souvenirs de John Lennon d’un côté (Leaving Los Feliz)et des Delfonics de l’autre grâce à des productions sonnant très philly soul (Summer Breaking).

L’américain Andrew Wyatt de la formation indie-pop suédoise Miike Snow, nous replonge quant à lui dans les plus beaux moments de la carrière de Stevie, lorsqu’il nous enivrait de ballades au groove sensuel (Uptown First Finale et Heavy And Rolling)… Dans Crack In The Pearl où le spectre de Frank Ocean semble planait, Mark invente une nappe instrumentale nébuleuse et planante sur laquelle Andrew déploie une soul étourdissante et profonde.

Avec Feel Right, le rappeur de la Nouvelle Orléans Mystikal (on se souvient de son sulfureux Shake Ya Ass) prend les allures d’un géant à l’organe de James Brown et au flow de Busta Rhymes, le maestro lui concocte une instru des plus funky, digne d’un arrangement de Fred Wesley pour les JB’s.

Uptown Funk n’est quant à lui plus à présenter, l’artiste l’a voulu comme un clin d’œil à ses débuts en tant que DJ, alors qu’il officiait pour le gotha de La Grosse Pomme ! Premier single et énorme succès, on y écoute un Bruno Mars au sommet de son art, Prince, Earth Wind & Fire et Marcus Miller paraissent s’être donnés rendez-vous pour un moment d’anthologie… A noter la présence du guitariste Tommy Brenneck des Dap Kings… dans le genre rythmique sexy au groove contagieux il n’y a pas mieux !

Dans la même veine, Ronson poursuit son immersion dans le funk des années 80 avec I Can’t Lose, autre tube en puissance où la toute jeune Keyone Starr prend des airs de France Joli lorsqu’elle interprétait en 1981 le fabuleux Gonna Get Over You.

In Case Of Fire, interprété par Jeff Bhasker, producteur, pianiste et compositeur américain (Alicia Keys, Beyoncé, Kanye West) ayant coécrit une grande partie d’Uptown Special avec la complicité d’Emilie Haynie (Eminem, Lana Del Rey) et de l’écrivain essayiste Michael Chabon, est un savoureux mélange de pop, de R&B et de soft rock. Mark a créé son riff de guitare en s’appuyant sur une ligne de violoncelle qu’avait pensé Rufus Wainwright pour Jericho, extrait de son dernier album. L’anglais l’a adapté en s’inspirant du texte de Chabon, il en résulte ses sonorités si familières qui personnellement me rappellent Bad et notamment The Way You Make Me Feel, réalisé par Michael Jackson (RIP) en 1987.

Bref, autant dire que Mark Ronson nous balance du lourd, les puristes diront qu’il s’est fourvoyé, se laissant tomber dans le confort et l’ivresse du mainstream… C’est certain que le son d’Uptown Special n’a pas la pureté brute du Back To Black d’Amy Winehouse, qu’il avait produit en 2006, mais on ne peut que tomber sous le charme de ce disque à l’énorme potentiel dancefloor et aux couleurs fluorescentes des 80’s.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire